www.zejournal.mobi
Mardi, 16 Juill. 2024

Médias : L’empire médiatique et la pandémie du mensonge

Auteur : María Fernanda Barreto | Editeur : Walt | Lundi, 20 Mars 2023 - 18h43

Le monopole, en tant que caractéristique du capitalisme, trouve l'une de ses expressions maximales dans la concentration actuelle de la propriété des entreprises médiatiques et l'unification conséquente de leur ligne éditoriale. La vision déformée de la réalité diffusée de plus en plus massivement comme unique et vraie, a réussi à transformer la majeure partie de l'humanité en un ardent défenseur du droit supposé de ceux qui représentent environ 1% de la population mondiale, à les exploiter, les opprimer, les massacrer . et même de s'attaquer à l'écosystème, malgré le fait que cela nous condamne à l'extinction.

Circonstance aggravante, non seulement la propriété des soi-disant « médias de masse » a été hyper-concentrée dans les pays occidentaux, mais aussi, les principales entreprises médiatiques sont devenues des entreprises transnationales qui ont peu à peu conquis le marché mondial tout en dévorant les moyennes et grandes entreprises des pays subordonnés, imposant des contenus qui atteignent les territoires les plus reculés.

À plusieurs reprises, nous avons qualifié ces monopoles de « cartels » car leur immense pouvoir politique, peu contesté, est aligné sur les intérêts impérialistes et ils se sont organisés efficacement contre les intérêts populaires, opérant de manière de plus en plus criminelle, comme des armes de guerre. Ceci, ajouté à la concentration susmentionnée de biens en croissance permanente, les transforme en organisations mafieuses qui, comme circonstance aggravante, font généralement partie de conglomérats d'entreprises comprenant des banques, des constructions, des mines, de l'énergie et même des entrepreneurs militaires et de sécurité privés. , c'est-à-dire les activités économiques directement ou indirectement liées à la guerre et au trafic de drogue.

Leur pouvoir s'est accru avec la massification des dispositifs à travers lesquels ils parviennent à créer l'illusion de la liberté de communication, tout en répandant des mensonges et en manipulant l'opinion publique avec des opérations psychologiques qui nous permettent d'affirmer que, bien que la communication ait toujours fait partie d'une partie importante de guerre, jamais elle n'avait été étudiée et calibrée jusqu'à ce qu'elle devienne une arme de destruction massive, indispensable dans les guerres de nouvelle génération.

Les cartels des médias n'abandonnent pas les médias traditionnels tels que la radio, qui continue d'atteindre des coins de la planète où d'autres technologies n'atteignent toujours pas, mais leur portée et leur efficacité se sont perfectionnées avec les nouvelles technologies de communication et d'information qui ont réussi à transformer le cyberespace en un opérations de théâtre de la plus haute valeur militaire.

Bien que dans le domaine de la communication de masse, l'Occident ait toujours eu plusieurs longueurs d'avance dans la soi-disant « guerre froide », au cours des trois dernières décennies, le pouvoir unipolaire de l'empire capitaliste concentré aux États-Unis, exprime crûment son hégémonie dans contrôler la quasi-absurdité du discours médiatique mondial. Pour cette raison, dans un article précédent , nous avons souligné qu'il est extrêmement inquiétant de voir comment l'opinion publique mondiale est manipulée par ces grandes entreprises médiatiques, de plus en plus popularisées via les réseaux sociaux et conditionnées par des algorithmes d'intelligence artificielle qui apprennent à nous contrôler à chaque recherche sur Internet. .

Affiches médiatiques au service de l'OTAN

L'Organisation du traité de l'Atlantique Nord (OTAN), bras armé du monde unipolaire en crise, ne sous-estime pas l'usage de ces armes, encore moins abandonne ce qu'on pourrait appeler le « cyberchamp d'opérations ».

L'anthropologue mexicain Gilberto López y Rivas , que nous avons eu l'occasion d'interviewer il y a quelques années, spécialiste de la soi-disant « guerre de contre-insurrection » des États-Unis, souligne dans un de ses livresque le manuel américain de contre-insurrection « ne néglige pas le rôle de la presse et des médias dans les efforts de contre-insurrection, y compris, bien sûr, le Service d'information des États-Unis (USIA), qui est chargé d'influencer l'opinion publique des autres nations en faveur des objectifs déjà déclarés de la politique étrangère de leur gouvernement, faisant connaître leurs actions, faisant de la contre-propagande aux opinions hostiles aux États-Unis, coordonnant des opérations psychologiques ouvertes sous la direction du Département d'État.

Mais cette guerre de contre-insurrection américaine ne se limite pas à attaquer les organisations populaires insurgées, mais s'étend aux États dont les gouvernements refusent de se soumettre à la politique coloniale de la Maison Blanche, et pire encore s'ils se rapprochent des puissances émergentes. De cette peur est née au XIXe siècle la Doctrine Monroe relancée ces dernières années sur Notre Amérique, et explique pourquoi dans ce même texte, López y Rivas ajoute que le rapport JOE 2008 (Joint Operating Environment of the US Ministry of Defence. USA )"identifie la Chine comme un concurrent militaire potentiel à l'avenir et la menace la plus sérieuse pour les États-Unis, car les Chinois peuvent comprendre l'Amérique (sic), ses forces et ses faiblesses, bien mieux que les Américains (sic) ne comprennent les Chinois". Et donc il continue à l'identifier, avec la Russie et l'Iran, dans le dernier rapport de cette même instance JOE 2035 .

Un argument de plus pour comprendre l'origine de l'assaut médiatique contre la Chine, la Russie et l'Iran qui a été déclenché ces dernières années par ces cartels médiatiques occidentaux, et aussi celui qu'ils ont subi contre Cuba, le Venezuela et le Nicaragua, ainsi que toutes les formes d'insurrection populaire dans la région.

Les niveaux élevés de sinophobie, de russophobie et d'islamophobie qu'ils ont réussi à semer dans leur propre population montrent que les populations des pays de l'OTAN sont le premier objectif de ces opérations. Le tout dans le cadre des actions militaires menées pour maintenir le monde unipolaire et empêcher l'émergence de nouvelles puissances. La multipolarité, expression minimale de la démocratie mondiale, est clairement contraire à leurs intérêts.

La guerre médiatique contre la Chine et son évolution du mensonge à la confusion

Un exemple clair de cette guerre médiatique est l'utilisation de la pandémie de Covid-19 pour attaquer la Chine. Le gouvernement américain a accusé la Chine d'avoir créé le virus dans un laboratoire et de l'avoir propagé volontairement sur sa propre population, et malgré le fait que ses propres études de renseignement aient exclu cette possibilité, l'argument a continué à être utilisé pour propager la sinophobie tandis que la Russie et la Chine ont dénoncé , ceci avec des preuves, qu'en Ukraine il y avait plus de vingt laboratoires biologiques américains qui, selon le ministère chinois des Affaires étrangères, faisaient partie des quelque 336 que les États-Unis ont dans 30 pays. Mais malgré les preuves dans les deux cas, la matrice contre la Chine a été maintenue car l'exactitude de l'information est de moins en moins importante dans un monde dominé par cet impérialisme médiatique.

Il ne s'agit là que d'une opération de guerre de plus déclenchée pour la défense du monde unipolaire et son évolution en ces trois années de pandémie, nous donne des éléments intéressants sur les nouvelles modalités de la guerre. Le discours imposé a varié de blâmer la Chine pour la pandémie, à la critiquer pour la politique « zéro Covid »que le gouvernement chinois a mis en place pour maximiser la protection de la sécurité et de la santé des personnes, arguant de la violation des libertés individuelles. Selon les déclarations du porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Zhao Lijian, la campagne "zéro Covid" s'est limitée à contenir la pandémie dans les plus brefs délais avec le coût social le plus bas, cependant, maintenant que plusieurs des contrôles mis en place ont A cet effet, le géant asiatique est critiqué pour avoir levé ladite politique, l'accusant de négliger sa population sans le moindre argument d'autorité possible.

Les chiffres parlent d'eux-mêmes et montrent l'immoralité de cette critique. Selon les chiffres de l'université américaine de médecine John Hopkins, qui ne peut en aucun cas être accusé de partisanerie avec un pays non aligné sur les États-Unis, en Chine, pays d'environ 1 400 000 000 d'habitants, 16 348 personnes sont mortes depuis l'origine de la pandémie (supérieur au chiffre officiel), tandis que aux États-Unis, avec environ 332 000 000 d'habitants, 1 087 410 personnes sont décédées au cours de la même période, c'est-à-dire que même en ayant environ 4% de la population mondiale, les victimes de Covid dans la nation nord-américaine sont proches de 20% de les chiffres officiellement communiqués à l'Organisation mondiale de la santé. De plus, bon nombre des mesures sanitaires possibles aux États-Unis ont sombré dans les affrontements habituels entre les deux partis qui dominent la politique institutionnelle de ce pays.

À la lumière de ces chiffres écrasants, l'inaction des gouvernements des puissances occidentales face à la pandémie est évidente et le peu d'importance qu'ils ont accordée à la protection de la vie de leurs habitants dans l'intérêt de la défense de l'économie. En revanche, il est à noter que la politique de santé du gouvernement chinois s'est avérée très efficace, si sauver des vies est important pour quiconque tente de l'évaluer.

Concernant la vaccination en Chine, 92,61% de ses habitants ont reçu au moins une dose alors qu'aux Etats-Unis seulement 81,24% l'ont fait. La question est de savoir comment un pays où l'espérance de vie de la population indigène a été réduite de 6,5 ans et l'espérance de vie du reste de la population américaine a été réduite de 3 ans, juge et promeut des campagnes contre un gouvernement qui a prouvé son efficacité de ses politiques de santé et l'intérêt de préserver la vie de sa population.

Bien sûr, c'est une question rhétorique. La campagne contre les politiques de la Chine pour faire face au Covid est un exemple clair de la façon dont la guerre de la communication fait partie de la guerre multidimensionnelle que l'impérialisme a déclenchée pour défendre l'ordre géopolitique qu'il a réussi à établir après la désintégration de l'Union des Républiques socialistes soviétiques. Ce qui est curieux, c'est que ces opérations médiatiques ne nécessitent plus de mensonges ou de dissimulations, les soi-disant « fake news » ne sont plus indispensables. Maintenant ils affichent leurs incohérences, en l'occurrence ils disqualifient la Chine mais ils ne cachent pas leurs propres chiffres ni leur inefficacité.

La réponse est que ces opérations médiatiques ont évolué vers une guerre cognitive beaucoup plus complexe, dont l'objectif n'est plus « la vérité », mais plutôt la capacité des gens à comprendre la réalité. Semer le chaos, la méfiance, la saturation d'informations (même véridiques), manipuler les émotions plus que les raisons, sont quelques-uns des objectifs de cette guerre qui a été systématisée dans le document "guerre cognitive" de François du Cluzel pour The Innovation Hub de l'OTAN, qui a été publié en janvier 2021.

Les puissances qui se disputent le pouvoir à l'impérialisme et parient sur le monde multipolaire émergent ne montrent aucun signe de réel intérêt à dominer le discours médiatique mondial autre que de briser le siège imposé autour d'elles par ces mafias. C'est certainement positif pour ceux d'entre nous qui ne vivent pas dans les grandes puissances, et c'est une indication de la façon dont le monde multipolaire est beaucoup plus proche de la vraie démocratie que ce monde qui est toujours à la merci d'une seule superpuissance omnivore. Mais cela implique aussi que depuis les pays qui ont été colonisés et que nous continuons à être surexploités, il est essentiel d'assumer avec valeur stratégique la contestation de la communication contre cette vision déformée de la réalité imposée par ces cartels médiatiques.

Le combat de « David contre Goliath » est donné par la communauté, les médias populaires et certains médias alternatifs. Mais cette confrontation disproportionnée ne peut que commencer à être contrebalancée par le soutien à ces médias d'États non inféodés aux intérêts impérialistes. Cela engendre de grands défis et pas mal de paradoxes, dont il existe peu d'expériences réellement réussies.

La tâche se complexifie car désormais, en plus d'interpeller une « opinion publique » capable de révéler et d'affronter la guerre de la communication menée par les cartels médiatiques et leur industrie du divertissement, cette guerre cognitive pose de nouveaux problèmes à la résistance qui, malgré les prémisses de cette nouvelle modalité de guerre, ne doit pas se limiter à une solution individuelle, mais au contraire, s'ajouter à une défense collective qui a probablement beaucoup à apprendre de la culture chinoise ancienne, des racines profondes de la culture persane, arabe ou slave et de bien sûr, des riches cultures africaines et américaines. Ces accumulations historiques sont les bastions d'une humanité qui se bat pour une vie au-delà du capitalisme.


- Source : TeleSur (Venezuela)

Cela peut vous intéresser

Commentaires

Envoyer votre commentaire avec :



Fermé

Recherche
Vous aimez notre site ?
(230 K)
Derniers Articles
Articles les plus lus
Loading...
Loading...
Loading...